Une porte

U

Tes mots s’étaient envolés aussi légèrement que la vaisselle. Je me les étais pris dans la tête, dans le cœur, ça m’avait tout fracassé au dedans. Il y avait plus de morceaux dans ma poitrine que dans la cuisine. Tu avais de la colère qui te montait aux joues, de la peur qui s’amusait à danser dans tes yeux humides.

Et pour la première fois, je n’avais pas eu la force de combattre le monstre qui t’habitait, qui faisait en sorte que ça ne soit pas toi. Je n’avais eu qu’une envie : m’enfuir. Et j’ai fui. Je suis parti me réfugier dans la chambre, j’ai sorti ma plus belle craie de couleur puis j’ai dessiné sur l’un des murs une porte. Pas trop grande, pas trop petite, juste de quoi me laisser rentrer.

Je me suis alors envolé direction les étoiles, le bord du monde, le Rakuen, ou les trois à la fois, dans des mondes qui se distinguaient dans leur mélange, qui se réunissaient en se séparant. J’étais confus, guidé par la machine de mon cœur, nourrie à l’essence de mon sang bouillant, sur des voies tracées dans tous les temps.

Par Enrím

Enrím

Il paraît que je m'égare souvent dans la forêt de mes rêveries. J'aime passer mon temps libre dans le monde sauvage de l'imaginaire pour en arracher des pensées, des histoires, des notes, des nouvelles, des poèmes.

Je suis aussi ici