Une mer rouge

U

Une mer, rouge, ronge mes falaises
Au plus profond de mon sommeil
Ses vagues internes, de non-merveilles,
Roulent dans mon âme, balèzes,
Et me noient dans une rage
Abîmant ici et là mon cœur.

Je voyais dans le rêve un voyage
Dans un océan d’étoiles sans peur,
Me voilà dans cette eau de souvenirs,
Me rappelant un peu plus ma colère.

Des astres aux désastres qui s’empirent
Je suis mauvais nageur, je plonge,
J’aurais souhaité ne plus revivre ce passé
Mais le voilà dans les poumons, je songe.

Par Enrím

Enrím

Né à Paris en 1990, il paraît que je sens bon la forêt sauvage. Je travaille dans le monde du droit mais j'aime bien passer mon temps libre dans le monde tordu de l'imaginaire pour en arracher des pensées, des histoires, des notes, des poèmes.

Je suis aussi ici