(expérience n°6)

(

Attention, cette publication contient la suite d'une note ! Si vous n'avez pas lu les textes précédents cliquez ici.
Pour ne pas vous faire divulgâcher la note de La Manufacture de l’Onirie, parcourez l’onglet Des Notes dans le menu ou cliquez directement ici.

Le Soleil décroit derrière l’horizon. Je le vois se coucher entre deux collines verdoyantes. Ses couleurs deviennent froides et donnent, à l’immense paysage, un aspect rose et violet qui me plait beaucoup.

Je sirote un Spritz toute seule, à moitié allongée sur la terrasse de ma grande villa. Je vois de grands oiseaux bleus du Brésil voler au loin alors que je suis en France mais je ne suis pas à une incohérence près…

J’oublie pour le temps d’une heure mon appartement pourri de douze mètres carrés sans charme mais loué avec cent pour cent garantie dépression.

Ici, je personnalise mon espace. Et de l’espace, j’en ai ! Je me suis rappelé de la maison de mon enfance, un grand domaine rural, et, avec un peu de concentration, et d’adaptation, j’y vis à nouveau dedans.

J’ai paramétré la température idéale, une petite vingtaine de degrés avec une légère brise. J’ai claqué des doigts et mon cocktail italien est aussitôt apparu dans ma main. Je le sirote… il est très bon !

Voilà un mois que je viens chaque dimanche matin pour me ressourcer. Comment faisait-on avant ces rêves éveillés ? Je suis complétement accro à ces Capsules.  C’est juste… divin !

Par Enrím

Enrím

Il paraît que je m'égare souvent dans la forêt de mes rêveries. J'aime passer mon temps libre dans le monde sauvage de l'imaginaire pour en arracher des pensées, des histoires, des notes, des nouvelles, des poèmes.

Je suis aussi ici