(expérience n°4)

(
Attention, cette publication contient la suite d'une histoire ! Si vous n'avez pas lu les chapitres précédents cliquez ici.
Pour ne pas vous faire divulgâcher l’histoire de La Manufacture de l’Onirie, parcourez l’onglet Des Histoires dans le menu ou cliquez directement ici.

C’est une étrange forme flottante dans l’air. Elle se meut dans un mouvement irrégulier. Jamais le même. Je n’arrive pas à la décrire. Ça me voit. Ça se glisse près de mon bras. Ça m’effleure doucement comme un chat ronronnant.

J’hésite. Je tends malgré tout ma main…

Je crois toucher un son. Sauf que je ne l’entends pas par mes oreilles. Je le discerne à travers ma chair, mon sang. Comme si toutes mes cellules, toutes mes globules en ressentaient les moindres vibrations et les émettaient à leur tour à l’unisson.

Je discerne un piano au loin qui se rapproche. Cela fait longtemps… je tremble. Je visualise mes mains s’approcher de l’instrument. J’ose toucher du bout de mes doigts les touches blanches et noires. Je les ressens comme des souvenirs mais ils n’existent pas encore. Ils m’appellent. Ils n’attendent qu’à naître.

Ils réveillent au plus profond de moi ce que j’ai longtemps oublié. Ce que je pensais ne plus jamais retrouver. Alors j’appuie. Je sens un fil qui me rattache. J’appuie. Un deuxième rejoint le premier. J’appuie. En voilà trois. J’appuie, j’appuie, j’appuie… je me renoue à quelque chose que j’avais cassé au plus profond de moi. Les fils, devenus nombreux, deviennent des cordes. Ce qui était fragile ne l’est plus, ce qui était incertain ne fait plus place au doute. Je rejoue !

Vous entendez ?! Je rejoue !

Commenter

Par Enrím

Enrím

Né à Paris en 1990, il paraît que je sens bon la forêt sauvage. Je travaille dans le monde du droit mais j'aime bien passer mon temps libre dans le monde tordu de l'imaginaire pour en arracher des pensées, des histoires, des notes, des poèmes.

Je suis aussi ici