\\ Les Contrées \\


J’arpente, la nuit, le jour, le matin, je ne sais plus, Doté de ma cape, des morceaux de mondes, des étendues De terre, ciel et mer, de bouts incroyables inattendus Où naissent des rencontres et aventures saugrenues. Je n’arrive plus à dissimuler les ténèbres qui dansent, Sous cette mélodie en boucle, à l’unisson. J’ai ta voix connectée dans mes neurones, …

\\ Le Monstre (suite) \\


‘Ferme tes yeux, laisse tes oreilles percevoir les cris des murmures. Ces voix coincées dans les autres, cherchant à se défaire, à n’être enfin plus qu’une. Les entends-tu ? Non, bien évidemment ! Putain mais… penche-toi ! Tout n’est que vacarme ! Elles te gueulent dessus, exigent que tu leur prêtes attention ! Pas de leur répondre ! Juste de …