Cartographie sentimentale

C

Dans le dessein de mon destin, je visualise un support blanc sur lequel, soudain, naissent des petits traits tout noir sans aucune prétention. Glissantes comme sur de l’eau, les petites barres se laissent porter, ici et là, dans la direction où le sort veut bien les emmener, quitte à ce qu’elles sortent du contour et tombent dans le néant.

Il faut croire que rien ne pourrait leur permettre de décider par elles-mêmes de la route à prendre. Pas qu’elles ne soient pas douées de conscience, bien au contraire. Elles sont mêmes animées d’une intelligence rare. Sauf que voilà : elles restent persuadées qu’une puissance les empêcherait de choisir. Déterminisme pour les unes, fatalisme pour les autres. Tristesse dans tous les cas.

Il suffirait pourtant d’un éclat. Celui qui mettrait un doute. Celui qui ferait naître une interrogation. De là, les traits deviendraient reliefs. De là, naitraient des collines, des montagnes, ou même des creux, ou encore des souterrains. De là, viendraient des couleurs vives, pâles, gaies ou sinistres. De là, se rajouteraient des mouvements tendres, violents, familièrs ou étranges. De là, une cartographie prendrait forme là où il n’y avait que du plat.

De là, existerait le pouvoir de pouvoir transformer mes sentiments, ces petits traits inscrits dans mon être, pour les diriger là où il me semblerait bon de les emmener. Pour enfin devenir un voyageur de ma propre existence.

Par Enrím

Enrím

Né à Paris en 1990, il paraît que je sens bon la forêt sauvage. Je travaille dans le monde du droit mais j'aime bien passer mon temps libre dans le monde tordu de l'imaginaire pour en arracher des pensées, des histoires, des notes, des poèmes.

Je suis aussi ici