Le pavé rouge

Le pavé rouge c’est ton cœur rejouant cette étrange musique
Celle qui remonte à l’envers le puissant fleuve de ta vie
Pour toucher du bout de ses notes tes souvenirs tyranniques
Et libérer un par un tes démons enchaînés dans l’oubli

Le pavé rouge c’est ton esprit inventant des tristes ombres
Dans un monde que tu n’estimes pas assez lumineux
Des fantômes noirs inquiétants qui te hantent en surnombre
Dans un monde que tu ne penses pas assez courageux

Le pavé rouge c’est ton corps trainant sur des blocs cramoisis
Tes pieds qui se soulèvent du sol écarlate à vitesse molle
Tu as beau hurler à tout ton être de fuir le plus loin d’ici
Plus tu le veux et plus tes pauvres jambes s’affolent

Le pavé rouge c’est ton âme perdant ses moindres repères
Tout ce qui t’attache qui s’effondre sous tes yeux
Tu as beau tendre tes mains pour t’agripper au nécessaire
Tes doigts abîmés se referment sans cesse malheureux

Le pavé rouge c’est l’envie d’attendre tout de tes semblables
Que ça soit de leur faute et qu’ils te sortent de là
Mais celui qui t’as mis dans cet état si minable
C’est toi

Car, oui, le pavé rouge
C’est toi

Poster un commentaire...

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.