Dans le monde du dehors (note n°1)

« J’ai déjà été une fois, dans le monde du dehors. Ce que j’y ai vu n’est pas joli-joli. Les immeubles étaient plus gratte-terres que gratte-ciels, si tu vois ce que je veux dire. Partout où on marchait, on sentait des choses craquer sous nos pieds. Personne n’en parlait, on faisait genre qu’on n’entendait rien, mais en fait on écrasait les restes de l’humanité. Des os. Et y en avait des tas… un vrai paradis pour les molosses ! En fermant les yeux, t’aurais cru qu’un gosse s’amusait à bouffer des kellogg’s la gueule ouverte tellement que ça faisait le même bruit. Et, dans cette joyeuse balade sonore, on arrivait à peine à respirer. L’air était tellement dégueu que ça nous piquait également les mirettes. Fallait porter des tissus bien épais si tu voulais pas tomber dans le gaz en deux-deux. Malgré tout, on y est resté une heure… une putain d’heure ! On a tous cherché à comprendre pourquoi, sauf une qui a voulu comprendre comment. Une sacré intello celle-là. M’étonnerait pas qu’un jour elle trouve la solution à notre survie… et à mon célibat. Bref, t’en as rien à faire de ça toi. Tu veux juste noter, garder une trace, pour après, au cas où on arrivera avoir des gosses, et leur raconter la merde qui nous est tombée dessus d’un coup. D’ailleurs, on sait toujours pas. Moi j’y ai vu du blanc puis du noir. Je me souviens d’être tombé et de m’être réveillé dans une grotte. On m’avait traîné jusque là-bas pis me suis réveillé que deux jours après le bordel. Je dois mon salut qu’à Yann, cette bête de deux mètres de haut. Sans lui, bah… je serai sans doute un de ces trucs qu’on marche dessus et qu’on cherche surtout pas à savoir ce que c’est. »

Poster un commentaire...

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.