Dans le coeur d’un géant

Que l’on me donne le cœur d’un géant, j’y mettrais mes affaires personnelles. Oh, trois fois rien, celles de toute une vie mais ce sont surtout les souvenirs qui prendraient de la place.

J’arrangerais dans cet énorme palpitant mon petit chez-moi, une sorte de F3 en configuration romantique. Je sais d’avance que je subirais un préjudice de jouissance, avec les « boum boum » dignes d’un concert de basses mais je trouve, au contraire, que ça doit faire tout son charme. J’espère juste que les secousses ne feraient pas trop remuer les meubles.

Pour la peinture, pas de problème, tout est déjà posé. Le rouge-sang ne me fait pas peur, c’est une couleur chaude et je n’aime pas le froid. Ça tombe bien.

Puis, surtout, dans le cœur d’un géant, on ne peut qu’aimer.

L’illustration a été trouvé sur Tumblr mais son auteur n’a pas pu être identifié.

Poster un commentaire...

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.