IX – Une clef

En sueur, Laura s’essuya le front à l’aide d’un torchon – qui était plus noir que blanc – puis le remit dans la poche de son jeans. Elle était vêtue d’un simple haut tee-shirt gris qui mettait en valeur la couleur blonde de ses cheveux.

Les efforts déployés durant ses journées et nuits entières avaient enfin abouties. C’était la plus belle chose qu’elle avait confectionnée de toute sa – jeune – vie de mécanicienne. Il fallait absolument qu’elle lui trouve un nom digne d’elle mais elle ne savait pas encore lequel… pas grave, se dit-elle. Elle le trouverait plus tard.

Elle donna un dernier coup de clef contre la paroi métallique. Cette dernière résonna légèrement. Ce qu’elle venait de faire était plus par tradition que par nécessité. Cela signifiait qu’elle avait fini de la construire et qu’elle lui fallait désormais effectuer plusieurs tests afin de s’assurer que tout fonctionnait bien.

Elle n’en était pas peu fier: elle fabriquait rarement. Elle était avant tout une mécanicienne. Sa clientèle ? L’armée. Il existait beaucoup de métiers autour de la vie militaire et, Laura pratiquait – selon elle- la plus belle profession au monde. Ses fonctions consistaient à réparer tout ce qui avait été détérioré par la guerre ou abimé par le temps. Elle s’occupait le plus souvent des véhicules de déplacement, les plus nombreux. Elles étaient tellement complexes que les soldats préféraient laisser le rafistolage à des personnes comme Laura.

Cependant, il lui arrivait parfois de s’occuper d’armes de guerre. Un jour, elle avait été appelé pour faire un contrôle technique sur un char… un char! Un de ces monstres de combat super balèzes, à la puissance de feu redoutable. Son canon impressionnait tout le monde. Son blindage, très épais,  pouvait prendre d’importants dégâts.

Des chars, il n’en existait pas beaucoup et deux mains suffisaient pour les compter. Laura, an avait vu personnellement quatre dans sa vie, dont trois à Orieu. Leur emplacement géographique était volontairement caché pour conserver l’effet de surprise sur les ennemis. Mais, bien que redoutables, ces belles machines de guerre subissaient elles aussi l’effet du temps. Comme tout ce qui existait en ce monde en vérité. Construits lors de l’ancienne guerre, il fallait les entretenir, surtout qu’elles n’étaient pas très utilisés. Peut-être qu’elle pourra dans un futur proche ou lointain monter dans l’un d’entre eux. L’espoir faisait vivre…

Alors qu’elle rêvassait, une des portes du grand garage s’ouvrit avec une telle force qu’elle en sursauta. Ce qui s’apparentait à du vert fonça sur lui à une vitesse folle. Elle mit instinctivement  son bras plié sur son visage pour contrer n’importe quelle menace. Voyant qu’elle n’était physiquement pas touché, elle l’enleva délicatement, et l’aperçut !

– Sarkresh, lança-t-elle avec des gros yeux marrons. Tu m’as fait peur !

– Ce n’était mon intention, répondit-elle, en colère. On vient de m’envoyer une boule de feu à la gueule !

– Qu… Quoi quoi quoi?! cria, malgré lui, la mécanicienne qui fut aussitôt inquiete. T’es pas blessée?

Elle se rapprocha d’elle pour vérifier que ce n’était pas le cas.

– Ca va j’ai géré, dit-elle, en l’arrêtant d’un signe de la main. Juste des éraflures ici et là. Pas de quoi faire bouger mémé de la maison de retraite.

– M… mais mais mais ! s’emporta-t-elle. Que s’est-il passé ?! Je croyais qu’on était en sécurité au centre de la ville ?§

– Je le pensais aussi mais un Sorcier a réussi a envoyer un de ses foutus sorts sur le toit… sur le toit d’une tour ! Est-ce que tu te rends compte de la gravité de la situation ?!

– Oui… affirma Laura, soudainement pensive. Ça signifie qu’ils sont plus forts que ce qu’on pensait…

– Non seulement ils sont plus forts, reprit-elle, mais ils ont également une portée beaucoup plus grande ! Ce n’est pas du tout ce qui était mentionné dans les rapports de nos espions ! Ils nous avaient bien précisé qu’il fallait faire attention à eux mais qu’en hauteur on serait épargnés. Alors, soit ils ont de la merde à la place des yeux – mais ce n’est pas dans leurs habitudes -, soit il s’est passé quelque chose après leurs observations et on ne le sait toujours p… hooo ! Qu’est-ce que c’est ?

Elle venait subitement de parler sur un autre ton. Ton que l’on n’entendait presque jamais. Sa voix était, tout à coup, devenue mielleuse en remarquant la présence de la machine.

– Une arme de guerre, expliqua laura, fière d’épater l’une des plus gradées de l’armée. Je l’ai construite en secret et…

Elle se jeta sur elle et serra fort. Un peu trop au goût de Laura qui avait les poumons écrasés.

– Oh mais c’est génial ! déclara-t-elle avec des manières d adolescente. Tu mérites une promotion !

Elle la lâcha puis grimpa, hystérique, sur la machine.

– Hey attends ! cria la mécanicienne en reprenant son souffle.  Elle n’est pas encore prête ! Je dois faire des…

Mais elle n’eut pas le temps de la mettre en garde que, déjà, elle s’aperçut que Sarkresh venait de mettre la mécanique en route.

– … des tests, soupira-t-elle.

Poster un commentaire...

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.